fbpx

Vous avez décidé de vous vous installer à Montréal ? La recherche de logement est une étape obligatoire et souvent la préoccupation numéro 1 des expatriés. Vous vous demandez sûrement « Où se loger à Montréal ? » Voici quelques pistes pour vous aider à anticiper votre installation et vous aider à trouver votre logement de rêve à Montréal. 

Se loger à Montréal : spécificités des annonces de logement

Bien comprendre les annonces, c’est s’éloigner un peu plus des mauvaises surprises. Voici les grandes lignes et petits détails à prendre en compte lorsque vous lisez les offres de logements :

Un Condo, quésaco?

Les Français qui souhaitent louer ou investir au Canada peuvent se heurter à ce premier terme, très présent en Amérique du Nord. Les condos – “condominiums” – sont-ils synonymes d’appartements ? Pas vraiment.

L’une des différences majeures entre un condo et un appartement, c’est l’accès à la propriété. En effet, les appartements sont des unités d’un immeuble appartenant à un même propriétaire qui va les louer à des personnes souhaitant les occuper. Les condos – condominiums – sont, à l’inverse, des unités d’un immeuble vendues aux propriétaires qui désirent s’y installer. 

La gestion de l’immeuble est également différente entre appartements et condos : alors que le propriétaire est responsable de l’entièreté de l’immeuble pour les appartements, il ne s’occupera que des parties communes dans un immeuble de condos. De fait, les condos sont en général plus luxueux que les appartements et offrent davantage de services aux habitants (piscine, salle de sport, concierge…). 

Louer un condo à Montréal, est-ce possible ?

Certains propriétaires de condominiums décident de louer leur logement comme cela se fait avec les appartements. C’est une bonne option si vous ne souhaitez pas acheter mais souhaitez vous loger à Montréal dans un logement confortable et moderne (l’isolation notamment au Québec est un point très important à prendre en compte, au vu des températures hivernales !).

L’un des avantages en louant un condo est que le locataire n’a pas à payer les charges communes de l’immeuble, les taxes foncières et les charges de copropriété puisqu’il n’est pas propriétaire. Le locataire profite néanmoins de toutes les commodités et des services proposés dans l’immeuble, si applicables. 

En tant que locataire, vous ne pourrez par contre pas personnaliser votre appartement avec de nouveaux électroménagers ou des installations permanentes. 

Se loger dans un condo à Montréal, quel est le coût dans tout ça ?

Acheter ou louer un condo a un prix. L’accès à ces petits plus/luxes ajoute des charges supplémentaires aux propriétaires : ils doivent ajouter à leur versement hypothécaire le montant mensuel des frais de condo/de copropriété et les frais des services publics (électricité, internet…). 

Concernant le loyer pour les locataires, il sera en général plus élevé du côté des condos, dans un quartier et selon des caractéristiques générales similaires.

2 ½, 3 ½ ou 4 ½ ?

Vous verrez – presque – toujours ces indications apparaître dans le titre des annonces. Cela correspond au nombre de pièces que comprend le logement. 

Le ½ signifie la salle de bain (qui compte pour une demi pièce). Ces mentions peuvent porter à confusion car elles ne révèlent pas la surface du lieu, indiquée très rarement. N’hésitez pas à demander directement au propriétaire pour connaître la superficie du logement.

Les logements 1 ½  (équivalent studio / T1)

Ce sont des studios, comprenant une grande pièce avec kitchenette et une salle de bain – souvent petite. 

Les logements 2 ½ 

En général, une chambre à coucher fermée, un salon, une kitchenette et une salle de bain. 

Les logements 3 ½ (équivalent T2)

Similaire au 2 ½ (une chambre fermée, un salon et une salle de bain), le 3 ½ est souvent plus grand et a une cuisine complète. 

Les logements 4 ½ (équivalent T3)

Un 4 ½ est un logement avec deux chambres à coucher fermées. Il dispose d’un salon, d’une cuisine complète séparée ou non et d’une salle de bain. 

Les logements 5 ½ (équivalent T4)

Ce type de logements contient une chambre à coucher supplémentaire par rapport au 4 ½ 

Les logements 6 ½ (équivalent T5) 

Ces logements disposent de 3 ou 4 chambres à coucher (en général, deux grandes chambres et une plus petite), d’une salle à manger, d’un salon, d’une cuisine complète séparée et d’une salle de bain.

Convertir les pieds en mètres

Si les kilomètres n’ont pas été convertis en miles au Québec, les pieds ont pris le pas (sans jeu de mot) sur les mètres concernant les logements. Pour que vous ayez une idée plus claire de cette différence, 1 pied = 30,48cm. Par exemple, un logement de 328 pieds carrés fait environ 30 mètres carrés.

Meublé/Semi-meublé : quelles différences ?

Les locations meublées sont des logements qui contiennent tous les meubles et électroménagers nécessaires à l’installation immédiate des locataires. Ces locations incluent parfois les charges comme Internet, eau, chauffage et électricité dans le loyer. 

Les locations semi-meublées, elles, comprennent des logements non-meublés où les électroménagers de base sont inclus (réfrigérateur, gazinière, four).

Un peu de vocabulaire

Cottage = maison à deux étages 

Duplex / triplex / quadruplex = propriété de deux / trois / quatre logements 

Bungalow = maison de plain-pied 

Maison semi-détachée = maison jumelée 

Split-level = maison à plusieurs niveaux 

Maison de ville = maison en rangée 

Bachelor = sous-sol, demi-sous-sol ou petit appartement à l’intérieur d’une maison unifamiliale 

Premier étage = rez-de-chaussée 

Deuxième étage = premier étage 

Locker = espace de rangement intérieur ou extérieur

Se loger à Montréal : et pourquoi pas un Basement ?

Au Canada et aux États-Unis, les sous-sols des logements sont très souvent aménagés. Loin de ressembler à notre cave à vins humide, il est tout à fait possible d’y vivre et ils disposent même parfois de fenêtres. Attention cependant, la luminosité est tout de même réduite et l’hiver, avec les journées qui raccourcissent et la neige qui s’accumule, vous risquez de vivre rapidement dans l’obscurité. Les loyers de ces appartements sont toujours moins élevés, compte-tenu des désavantages que cela implique. 

Se loger à Montréal : la vérification du crédit

Les vérifications au Québec

Selon la Régie du Logement du Québec : 

«  Pour s’assurer des habitudes de paiement du futur locataire, le locateur peut, avec le consentement de ce dernier, recueillir des informations auprès des locateurs actuels ou antérieurs. Le locateur peut alors demander les noms et coordonnées de ces derniers et réaliser une enquête de crédit « 

Par ailleurs, pour établir ses habitudes de paiement, le futur locataire peut fournir au locateur :

  • Une attestation de crédit de son institution financière
  • Une lettre de recommandation d’un locateur précédent 
  • Tout autre document attestant du respect de ses obligations par un organisme ou une entreprise de biens ou de services qui requiert des paiements échelonnés dans le temps (par ex.  : Bell, Hydro-Québec, Vidéotron, etc.)
  • Les extraits pertinents de son dossier de crédit

Un locateur a la possibilité de faire appel à un agent de renseignements personnels (« bureau de crédit ») pour effectuer une vérification de crédit. Il doit absolument obtenir l’accord du futur locataire. Seuls les noms, adresse et date de naissance suffisent – le numéro d’assurance sociale n’est pas nécessaire. 

La vérification de crédit peut être menée par le/la futur.e locataire qui partagera le rapport d’enquête au locateur. 

A savoir : La plupart du temps, les nouveaux arrivants n’ont ni historique de crédit, ni références de propriétaires antérieurs au Canada : même en l’absence de ces informations, la majeure partie des propriétaires acceptent de louer leur logement. Vous pouvez également demander une lettre de recommandation de votre banque en France pour appuyer votre dossier – c’est toujours apprécié 

Vos droits et vos devoirs en tant que locataire

La Régie du Logement 

La Régie du Logement au Québec est là pour vous informer de vos droits et responsabilités, des lois existantes au Québec et des procédures à tenir englobant tous les aspects de votre location. 

Comité logement 

C’est l’association de locataires de votre quartier, qui peut vous venir en aide pour toute question relative à la location d’un logement

Vos données personnelles 

Le propriétaire ne peut pas exiger que vous lui partagiez votre numéro d’assurance sociale (NAS), votre numéro de compte bancaire, votre numéro de permis de conduire ainsi que votre numéro de carte maladie. Il peut en revanche vous demander votre nom, prénom, votre adresses actuelle et celles antérieures et votre date de naissance.

À titre de locataire, vous avez l’obligation de :

  • payer au moment inscrit dans le bail le loyer exigé;
  • utiliser le logement avec prudence et d’une façon responsable;
  • effectuer les petites réparations qui s’imposent;
  • ne pas changer la forme ou la destination (type d’utilisation) du logement;
  • remettre le logement dans l’état où vous l’avez reçu;
  • ne pas troubler la tranquillité des autres locataires.

Des démarches simples pour se loger à Montréal 

En comparaison avec la France, au Québec, les démarches sont assez rapides pour accéder à un logement en location.

A savoir : Comme dit précédemment, vous devrez démontrer que vous êtes un bon payeur, le locateur n’ayant pas de garantie (caution). S’il ne vous est pas possible de satisfaire à l’enquête de crédit en tant que nouvel arrivant, vous pourrez lui apporter des preuves de votre solvabilité : une copie de votre contrat de travail, un relevé de compte bancaire rigoureux présentant un solde à quatre ou cinq chiffres, la désignation d’un cautionnaire / garant responsable solidairement, une lettre de recommandation de votre banque française.

 

Se loger à Montréal : bail et jour du déménagement

Les baux et le jour du déménagement

Il existe au Québec le “Jour du déménagement”, le 1er juillet de chaque année. Par coutume, la majeure partie des baux résidentiels se terminent le 30 juin / 1er juillet. Si vous cherchez un logement, vous aurez donc davantage de choix (mais aussi plus de concurrence) en avril, mai et juin. 

Le bail est un contrat consensuel qui ne requiert aucune formalité particulière. Il peut être accompli par écrit ou verbalement par le seul échange des consentements. Au Québec, la Régie du logement vous oblige à signer son propre formulaire de bail, que vous louiez un appartement, un chambre, un condo ou une maison. C’est un moyen de rassurer les deux parties et d’éviter les mauvaises surprises. 

Même si votre bail est davantage propice à se terminer le 1er juillet, aucune durée de location minimum n’est établie par la loi : il est tout à fait possible de louer un logement pendant un mois ou trois ans (la période maximale est tout de même de 100 ans par bail).

Le formulaire de bail réglementaire doit mentionner les éléments suivants :

  • Le nom du ou des locataire(s) et du propriétaire;
  • La description et la destination du logement loué, des accessoires et dépendances (adresse du logement, les meubles et/ou électroménagers inclus dans la location);
  • La durée du bail (durée fixe ou durée indéterminée);
  • Le loyer : son montant, la date et le mode de son paiement (à la semaine ou au mois);
  • Les services (travaux et réparations, service de conciergerie, autres services, taxes et coûts de consommation pour le chauffage, l’eau chaude, etc.) et conditions (règlements de l’immeuble);
  • Les signatures de chacune des parties

Vous pouvez vous procurer un formulaire de bail type dans les pharmacies (Pharmaprix, Jean Coutu)

Se loger à Montréal : Sous-location et cession de bail

Comme expliqué précédemment, les baux se terminent généralement le 1er juillet.

Si vous désirez quitter votre appartement en cours de bail, vous pouvez le sous-louer et garder ainsi la possibilité d’y revenir. Cette procédure est tout à fait légale au Québec. Vous pouvez aussi faire une cession de bail, c’est-à-dire résilier votre bail et le passer à un autre locataire. En général, le locataire du logement s’arrange pour trouver rapidement un futur locataire qui reprendra son bail. Bien entendu, il faut en avertir le propriétaire qui peut refuser et se cherchera lui-même son nouveau locataire.

Se loger à Montréal : budget à prévoir

Les modalités de paiement du loyer peuvent être négociées et doivent être inscrites dans le bail. Les loyers sont payés aux échéances convenues. À défaut, ils sont réglés le premier de chaque mois. Ils peuvent être payés en argent comptant, par chèque certifié, mandat postal ou carte de crédit dans certains cas. Le locateur ne peut pas vous forcer à verser plus d’un mois de loyer ni exiger des chèques postdatés. Le bail doit préciser quelles sont les charges comprises dans le montant du loyer.

En plus du paiement du loyer, voici les autres dépenses à prévoir et à intégrer dans votre budget pour se loger à Montréal.

L’assurance habitation, une nécessité pour les locataires

Si elle n’est pas une obligation légale, l’assurance habitation est indispensable face aux imprévus qui peuvent arriver dans votre logement. 

En plus de garantir vos biens et vos meubles, l’assurance habitation vous procure, en signant le contrat, une assurance de responsabilité civile, à l’intérieur et à l’extérieur de votre logis.

Il faudra, en moyenne prévoir 30$ / mois pour une assurance habitation à Montréal

Électricité, gaz et eau

Le locataire est responsable des dépenses d’énergie (surtout du chauffage), à moins que le bail ne précise qu’elles sont payées par le propriétaire. Il est très simple de s’abonner aux services d’électricité et de gaz puisque, dans chaque région, ils sont assurés par une seule société de distribution. Il suffit d’appeler le service à la clientèle des sociétés d’électricité, Hydro-Québec, et gazière locales, Energir – anciennement Gaz Métro, pour savoir comment vous abonner et ce qu’il vous en coûtera mensuellement. La consommation d’eau, elle, n’est pas facturée – le réseau d’eau potable est financé par l’intermédiaire des impôts fonciers payés par les propriétaires.  

A savoir : Au Canada, le courant électrique est généralement installé au voltage de 110 volts (on peut trouver du 60 volts ou du 40 volts, mais cela reste extrêmement rare). Les installations électriques sont les mêmes qu’aux États-Unis. Les appareils prévus pour une utilisation en Europe et dans plusieurs autres pays du monde auront besoin d’un adaptateur ou d’une prise spéciale.

💰Pour l’électricité/gaz, comptez 50$ en moyenne pour un 3 ½

Le dépôt de garantie / la caution

Il n’est pas rare que les propriétaires vous demandent un dépôt de garantie : sachez que vous êtes en droit de refuser car c’est interdit par la loi (pour les contrats classiques d’une durée d’un an) ! Ils ont seulement le droit de vous demander le paiement du premier terme/mois au moment de la signature du bail. 

Taxe d’habitation et Taxe scolaire

Bonne nouvelle ! La taxe d’habitation n’existe pas au Québec ! Seulement, il existe la taxe scolaire.

Les propriétaires doivent payer une taxe à la commission scolaire francophone ou anglophone qui dessert le territoire où se situe le lieu d’habitation. Cette taxe scolaire est directement incluse dans le loyer que le propriétaire vous demande.

Retrouvez toutes les dépenses à prévoir dans notre article sur le coût de la vie à Montréal.

Meubler son appartement

Si vous arrivez dans un logement semi ou non meublé, voici une liste (non exhaustive) de bons endroits où trouver meubles et décoration : 

  • IKEA : on ne va pas vous présenter Ikea 😉 à noter, la voiture est indispensable pour s’y rendre 
  • EQ3 : EQ3 est un détaillant et manufacturier canadien dévoué à la fabrication et la conception de qualité. EQ3 favorise les designs originaux, la fabrication d’ici et une perspective canadienne unique en ce qui concerne l’ameublement et les articles ménagers modernes. 
  • Structube : Structube était à la base une petite entreprise familiale, aujourd’hui devenue une référence en termes de décoration, de design et d’ameublement au Canada. Ils proposent une gamme incroyable de meubles et accessoires au meilleur prix. Plusieurs magasins à Montréal
  • Nüspace : Nüspace est le lieu incontournable du design contemporain à Montréal où vous trouverez toutes une gamme de mobilier de qualité, séduisants, confortables et abordables.
  • ZONE Maison : cette entreprise québécoise propose des meubles et de la décoration pour tous les budgets, au style design et contemporain. Plusieurs magasins à Montréal

Boutiques plus haut-de-gamme : 

  • Buk et Nola : Buk & Nola est l’endroit idéal pour trouver la touche finale à un décor, dénicher le cadeau parfait ou simplement se délecter les yeux.
  • MUST Société : des collections pour l’intérieur et d’autres pour l’extérieur,  une zone-cuisine, un comptoir de fleurs, un espace réservé à l’électronique, une boulangerie et la boutique Ligne Roset pour les passionnés de mobilier contemporain haut de gamme.
  • West Elm : originaire de Brooklyn, la société s’est implantée à Griffintown, à Montréal. Ils collaborent avec des communautés artisanales et des créateurs indépendants, et s’efforcent de concevoir des produits ayant un impact positif sur les gens et l’environnement.
  • V de V : VdeV est un magasin de mobilier et accessoires de décoration de style vintage/industriel dans le Mile End
  • Cœur d’artichaut : les propriétaires de Coeur d’Artichaut voyagent à travers le monde à la recherche d’artisans qui aiment voir le monde comme une terre d’opportunité et qui ont à coeur de proposer des objets ayant une histoire.

Se loger à Montréal : quel quartier choisir ?

Découvrez notre tour d’horizon des principaux quartiers de Montréal, en images, budget et description dans notre article : « Découvrir les quartiers de Montréal »

Se loger à Montréal : quand et comment chercher un logement en tant qu’expatrié ?

Réserver une location temporaire

L’idéal est d’arriver à Montréal en ayant réservé une chambre / un appartement / une maison temporaire et de visiter directement sur place. En effet, l’offre est plus grande et accessible et les visites réelles seront plus rassurantes pour vous et pour les propriétaires.

Bookez un hébergement sur Airbnb et faites des recherches préalables sur Internet avant votre arrivée.

Quelle est la meilleure période pour trouver un logement à Montréal ?

Comme nous le disions au début de l’article, le Jour du déménagement a lieu chaque 1er juillet à Montréal (et dans tout le Québec). Par conséquent, les périodes les plus propices pour trouver votre futur nid sont les mois d’avril, mai et juin. L’hiver (novembre – début mars) est la saison où l’offre de logements est la plus faible. 

Où rechercher un logement ?

De nombreux sites web mettent en relation les propriétaires et les futurs locataires

  • Kijiji et Craigslist sont les plus répandus et les plus consultés 
  • Kangalou est une entreprise canadienne située à Montréal qui dessert les locataires et les propriétaires. Plus qu’un site de recherche de logements ou de locataires, la plateforme est un incontournable pour louer son logement sans perdre de temps, pour y vivre une expérience de location plus humaine et pour y retrouver, à un seul endroit, une foule de conseils et d’outils pour réussir sa location
  • DuProprio et LesPac ou PadMapper sont trois autres bons sites web pour trouver un logement
  • Des groupes Facebook (Montreal Apartments/Logements Montréal, Logement à Montréal…) permettent aux propriétaires ou aux locataires de poster des annonces (attention cependant aux arnaques)

A Montréal, il faut être réactif et réagir assez vite aux annonces, car en 2/3 jours les biens ne sont plus disponibles. D’où la nécessité d’être sur place pour votre recherche de logement.

S’entourer d’un courtier immobilier résidentiel pour se loger à Montréal

S’entourer d’un courtier immobilier résidentiel est une pratique courante au Québec. En effet, il vous accompagnera gratuitement sur toutes les étapes de la location : de la sélection du quartier à la signature du bail avec le propriétaire. Son regard neutre et objectif couplé à son rôle de négociateur vous accompagnera efficacement pour votre recherche de logement.

Il pourra, même avant votre arrivée au Canada analyser vos besoins et vous conseiller sur les quartiers et biens en fonction de vos attentes.

Rejoindre notre communauté de développeurs francophones expatriés au Canada c’est aussi profiter de notre réseau de courtiers immobiliers de confiance et nos conseils avisés concernant votre recherche de logement à Montréal.