fbpx

Travailler au Canada n’est plus un rêve pour de nombreux travailleurs, notamment ceux qui évoluent dans le secteur des nouvelles technologies. De nombreuses entreprises recrutent mais il faut répondre à quelques critères pour pouvoir postuler au Canada.

L’état du marché du travail canadien

Le Canada fait partie des pays industrialisés qui connaissent un taux de chômage particulièrement bas : dans l’ensemble du pays, ce taux était de 5,2% en mars 2019 et atteignait même 2,2% dans la province du Québec. Cette situation de quasi plein emploi fait fonctionner l’économie mais les effets secondaires commencent à se faire sentir : de plus en plus de secteurs se retrouvent face à une pénurie de main-d’oeuvre parfois criante.
Le secteur des technologies de l’information fait partie des domaines qui cherchent à recruter à l’étranger pour développer leur compétitivité. On estime aujourd’hui à environ 6000 le nombre de postes vacants dans les technologies de l’information. Selon le Conseil des technologies de l’information et des communications (CTIC), le nombre d’embauches dans ce secteur devrait être d’environ 44 000 d’ici 2021.

 

Travailler au Canada : Les différences avec la France

Si vous avez acquis des compétences dans le domaine des technologies de l’information, travailler au Canada peut être une vraie opportunité pour faire évoluer votre carrière rapidement et trouver un travail épanouissant. Toutefois, il faut être prêt à expérimenter une ambiance de travail différente par rapport à la France.

Au Canada, l’ambiance de travail est en général plus informelle et les horaires de travail plus souples que dans l’HexagoneLa plupart des travailleurs sont présents de 9h à 17h ; après cet horaire, chacun profite de ses centres d’intérêt en dehors du bureau. La conciliation entre le travail et la famille est par exemple un concept bien plus ancré qu’en Europe.

Les procédures de recrutement et de paie sont aussi plus légères et les contrats se font généralement oralement avec une paie hebdomadaire. La gestion de vos finances est donc légèrement différente. Il faut aussi être préparé à bénéficier de moins de congés payés qu’en France : la plupart des Canadiens profitent légalement de deux semaines de congés par année même si ce chiffre peut évoluer avec l’ancienneté et est plus autour des 4 semaines dans le domaines des technologies de l’information. 

Avec quel permis de travail partir pour travailler au Canada ?

Pour travailler au Canada en tant que développeur ou pour tout autre métier qui recrute, vous devrez au préalable demander un permis de travail. Il en existe plusieurs sortes en fonction de votre profil : le programme Expérience internationale Canada  (EIC) offre trois possibilités.

Pour ceux qui n’ont pas encore 35 ans, le PVT (permis vacances-travail) est celui qui est le plus facile à obtenir et qui offre surtout le plus de flexibilité : accessible aux 18-35 ans, il permet de travailler n’importe où dans le pays pendant deux ans et pour n’importe quel employeur. Des rondes d’invitations sélectionnent aléatoirement les heureux gagnants en fonction du quota disponible. Problème : les demandes sont si nombreuses que certaines personnes ne reçoivent jamais leur PVT. D’autres solutions sont toutefois possibles.

Si vous avez déjà une proposition d’embauche pour un travail temporaire de 24 mois maximum, le permis jeune professionnel vous permet de travailler et rester jusqu’à deux ans sur le territoire canadien. Permis de travail préféré des talents en TI de par sa simplicité d’obtention et le fait d’être rassuré en arrivant sur le territoire canadien avec un contrat de travail signé. 

Pour les étudiants, l’équivalent du visa jeune professionnel est le stage Coop International.

Comment trouver un emploi et travailler au Canada ?

Si vous souhaitez vous expatrier au Canada, vous avez deux possibilités : trouver un travail avant de partir pour bénéficier du visa jeune professionnel ou faire une demande de PVT et chercher du travail une fois sur place. 

Dans tous les cas, vous devrez postuler et vous plier aux règles de l’embauche du pays. Si vous êtes dans le domaine des technologies de l’information, vous pouvez faire appel à Maplr, un programme d’accompagnement gratuit qui met en relation les travailleurs TIC avec les entreprises canadiennes qui recrutent.

Si vous préférez effectuer toutes les démarches vous-même, vous devrez mettre en forme votre CV pour qu’il réponde aux règles du marché du travail canadien et surtout bien mettre en avant votre motivation et vos activités annexes. Les recruteurs sont intéressés aussi bien par votre cursus que par vos valeurs humaines. De plus, renseignez-vous sur les dernières mises à jour en terme d’immigration sur le site du gouvernement canadien.

Dans tous les cas, nous vous conseillons fortement de vous faire guider par des experts en mobilité internationale qui connaissent les spécificités de la province que vous convoitez.

Maplr vous accompagne dans votre recherche d’emploi pour travailler au Canada.

 

La famille Maplr