fbpx

Arthur, développeur backend Java/Kotlin expatrié à Montréal a obtenu son PVT (Permis Vacances Travail) en 2019. Il a décidé de faire de Montréal la première étape de son grand Road trip à travers les États-unis. À son retour sur Montréal, il a pris contact avec Maplr pour l’aider dans sa recherche d’emploi et l’accueillir dans sa communauté de Tech expatriés. Depuis, il est un membre actif de notre communauté et nous fait découvrir toutes les plus bonnes microbrasseries de Montréal ! Découvrez son témoignage et son retour d’expérience après plus d’un an de vie au Canada !

Arthur-developpeur-expatrie-montreal-canada
arthur-expatriation-montreal-java

Interview d’Arthur, développeur Backend Java/Kotlin expatrié à Montréal depuis avril 2019.

Salut, je m’appelle Arthur (c’est normalement écrit dans le titre mais bon je préfère le rappeler).  J’ai 27 ans et je suis au Canada depuis avril 2019. Je suis originaire des Alpes où j’ai fait un DUT Informatique à Annecy avant de partir faire 3 ans d’école d’ingénieur à CPE Lyon en Alternance chez EDF. Mon diplôme une fois en poche, j’ai travaillé 2 ans dans une startup/PME à Lyon avant de décrocher un PVT et de partir vivre mon rêve canadien. En arrivant sur Montréal, j’ai acheté une voiture que j’ai aménagée pour accueillir un lit de camp et je suis parti 3 mois faire le tour de l’Amérique du nord (Montréal -> La Nouvelle-Orléans -> Los Angeles -> Vancouver -> Montréal).

Présentement, je suis employé chez un partenaire de Maplr, éditeur de logiciel, depuis plus d’un an en tant que développeur backend sur du Java/Kotlin et membre de la communauté Maplr !

Quelles sont les raisons de ton expatriation à Montréal ?

J’ai la bougeotte et j’ai toujours été attiré par cet appel de la nature qu’évoque la canada : Les grands espaces vides d’habitations humaines, la grandeur du pays et ces multiples paysages entre mers et montagnes. Et puis c’est un pays bilingue donc parfait pour pratiquer son anglais tout en ayant le français en cas de pépin. Après 2 voyages sur place, je me suis lancé dans les démarches du PVT pour concrétiser ce besoin de partir.

arthur-developpeur-java-expatrie-montreal

Comment s’est déroulée ton expatriation à Montréal ?

Un mélange d’appréhension et d’excitation au fur et à mesure que le départ s’approchait. Mais c’est ce qui fait le sel de cette expérience : on sait toujours ce que l’on quitte, jamais ce que l’on gagne. Une fois dans l’avion et qu’on sent que les roues quittent le sol de notre région, on sait que pour les prochaines années ne seront pas comme les autres et qu’on commence un nouveau chapitre de notre vie.

As-tu rencontré des difficultés lors de ton expatriation à Montréal ?

Partir dans l’inconnu seul n’est pas la plus facile des expériences. Au début tout est beau, tout est nouveau. On est vraiment dans l’excitation de vivre dans un autre pays. Puis, au fur et à mesure, la routine s’installe et tout commence à manquer. Pour moi c’était principalement la famille et les amis. Ne connaissant personne à Montréal, je me suis vraiment retrouvé seul sur place. Heureusement, on refait un peu ses cercles sociaux sur place et on se refait vite des amis précieux sur place. Il faut faire attention à ne pas se faire submerger par cette vague de nostalgie sous peine de revoir le pays natal plus vite que prévu.

arthur-developpeur-java-kotlin-expatrie-canada

 

Que penses-tu de l’accompagnement offert par Maplr ?

Un accompagnement express pour ma part. Après un voyage de 4 mois à travers l’Amérique du nord, j’ai finalement décidé de m’installer à Montréal. Il m’a fallu un bon mois pour trouver un logement puis un autre pour prendre mes marques. Après tout ce temps, à seulement profiter du temps qui passe, il a bien fallu chercher une job digne de ce nom pour remplir les fonds dépensés dans le voyage. 

Mes 3 premières semaines de recherche d’emploi ont été assez difficiles : les repères professionnels que j’avais en France ne s’appliquent pas du tout ici et je ne savais pas où chercher. J’ai fini par contacter Maplr un vendredi matin sur les conseils d’un ami. Le lundi on se rencontrait, le jeudi je passais une entrevue dans ma société et l’après-midi même je signais mon contrat ! 5 jours seulement se sont écoulés entre ma prise de contact et mon embauche !

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans la communauté Maplr ?

J’ai parlé plus tôt de l’aspect social qui m’avait manqué le plus et c’est exactement ce que m’a apporté Maplr. Des gens qui vivent la même expérience que moi et avec qui on part arpenter tous les bars, escape-games et chalets de la région. La communauté Maplr tient une grande place dans ma vie montréalaise maintenant !

« La communauté Maplr tient une grande place dans ma vie montréalaise maintenant !« 

Arthur

Développeur Backend Java/Kotlin à Montréal

communaute-maplr-evenement-gauthier

Quel accueil as-tu reçu des canadiens ?

Je n’ai rencontré que des gens extrêmement sympathiques. J’ai fait de nombreux Airbnb en chambre chez l’habitant à mon arrivée et ils ont toujours tout fait pour m’aider lorsque j’en avais besoin.

Arthur-developpeur-java-backend-expatrie-canada

Que penses-tu du coût de la vie en tant qu’expatrié à Montréal ?

Le coût de la vie est un peu supérieur à celui que j’avais à Lyon. Les prix des logements sur Montréal sont en train d’exploser et on est loin de l’eldorado des Français arrivé au début des années 2010. Pour la nourriture, je dirais que c’est aussi le cas, surtout avec la crise de la Covid. Je me retrouve rapidement avec une facture d’épicerie à 80-100$ sur le plateau Mont-Royal si je prends de bons produits.

Nota  : si tu as besoin de plus d’informations concernant le coût de la vie à Montréal, cet article est fait pour toi.

Qu’est-ce que tu aimes le plus à Montréal ?

J’ai deux passions dans la vie : découvrir des bières de microbrasserie et me balader dans les parcs et c’est pas ce qui manque à Montréal ! Je fouine souvent dans les dépanneurs spécialisés en bière pour trouver les dernières créations des brasseurs de la région, tout en emportant quelques Maplrs dans mon sillage 😉

Sinon pour me ressourcer, j’adore aller faire un tour dans le jardin botanique de la ville. C’est un havre de paix avec de magnifiques jardins thématiques.

microbrasseries-montreal-expatriation-activite

Côté pro, est ce qu’il y a des différences avec la France ?

On fait bien plus rapidement confiance aux gens ici. En moins de quelques mois dans mon entreprise, j’ai tout de suite été très impliqué dans les décisions techniques et j’ai rejoint une équipe sur un projet critique pour la compagnie. L’âge et les diplômes n’importent absolument pas ici, il faut montrer ce que l’on sait faire et le reste va tout seul. Surtout que la relation avec ses managers est absolument différente : tout est “flat”. Je peux sans problème proposer d’aller boire une bière ou manger une pizza à un 5 à 7 avec mes managers. On se tutoie et on travaille ensemble !

As-tu eu une évolution sur ton salaire par rapport à la France en tant que développeur Java Backend ?

Oui, je peux dire que j’ai vraiment vu une différence en venant ici. Les développeurs se font rares sur Montréal et c’est plutôt à notre avantage. On peut facilement gagner près de 2x le salaire moyen d’un québécois. 

Quel est ton quartier préféré et pourquoi ?

Je suis tombé amoureux de mon petit quartier de Laurier, situé au Nord de la rue Mont-Royal. On y trouve la même qualité de vie avec des commerces de proximité et un charme fou avec un grand parc idéal pour faire des BBQ l’été, tout en étant bien plus calme.  Pour plus d’informations concernant les quartiers de Montréal, cet article est fait pour toi.

plateau-laurier-quartier-montreal-expatriation

Comment s’est passé ton confinement/la phase COVID à Montréal ?

Je n’étais vraiment pas prêt pour ce confinement : petit appartement, aucun bureau, pas d’écran ni de clavier et souris. Et forcément, les magasins de meubles ont été pris d’assaut…

Je me suis équipé au fur et à mesure des retours en stocks.  Le printemps a été assez long à ne rien pouvoir faire mis à part ses courses. Le temps n’était pas terrible non plus ce qui m’a permis de relativiser. Finalement, on a bien pu profiter de l’été et on sait que tout va bien aller.

 Un dernier conseil pour les futurs expatriés à Montréal ?

Une expérience à l’étranger n’est jamais une mauvaise chose, qu’elle dure 6 mois, 2 ans ou à vie. Il faut sortir de sa zone de confort pour s’ouvrir l’esprit et se rendre compte qu’il y a plein de choses que l’on prenait pour acquises à tort. 

Sur le plan matériel, je vous conseille de ne pas tout préparer à l’avance. Prévoyez logement, transports et autres pour les 15 premiers jours. Il vaut mieux être sur place pour chercher à s’installer durablement.

arthur-expatriation-canada

Autre chose à partager avec nous ?

Si voyager vous intéresse, sachez que j’ai documenté tout mon road-trip à travers l’Amérique sur mon blog.

Envie de tenter l’aventure au Canada ?

Toi aussi tu as envie de découvrir les plus belles microbrasseries du Québec, faire un road trip ou te balader dans de grands espaces ? Alors rejoins la famille Maplr. En plus, on, recherche activement quelqu’un de motivé pour faire découvrir à Arthur de nouveaux chouettes endroits 🙂

Tu recherches comme Arthur un poste de développeur Java/Kotlin Backend ? Chez Maplr, nous t’accompagnons gratuitement pour trouver ton emploi en TI à Montréal et sur toutes les phases de ta relocalisation. Notre équipe franco-canadienne est là pour te guider et te donner toutes les informations nécessaires pour démarrer sereinement ta nouvelle vie à Montréal !

Rejoins sans attendre notre communauté.

arthur-developpeur-java-expatrie-montreal-mont-royal